Nomenclature

Genre Corymbia K.D.Hill & L.A.S.Johnson (1995)

Myrtaceae

Statut du taxon : accepté

Publication Australian Systematic Botany. East Melbourne, Vic. (1995).

Liens taxinomiques : Angophora, Eucalyptus.

Noms vernaculaires : eucalyptus, gommier.

 

Bibliographie

Collectif, Flora of Australia Volume 19, Australian Government Publishing Service, Canberra, 1988.

D.J Boland, M.I.H.Brooker & J.W Brooker, Eucalyptus seeds, 1980.

Brooker & Kleining, Field Guide to Eucalypts, en 3 volumes, 1999 (Vol 1), 2001 (Vol 2) et 1994 (Vol 3).

Collectif, Euclid, Eucalypts of Australia, CSIRO (Compact Disc), 2004.

Urban Jacques, Les cahiers du naturaliste N°27. Monographie du genre Corymbia, 2012.

Description

 

Le genre Corymbia était jusqu'en 1995 une sous division du genre Eucalyptus. La grande majorité des espèces est originaire de la moitié Nord de l'Australie, région composée de zones arides soumises le plus souvent à des pluies de mousson. Quelques espèces atteignent la partie orientale du continent (Nouvelle Galles du Sud et Victoria) ainsi que l'extrème Sud de l'Australie Occidentale à l'Ouest. Les eucalyptus du genre Corymbia sont habituellement des plantes ligneuses dont la taille varie entre la forme arbustive ou buissonnante (2 m à 5 m) et la taille d'un arbre moyen, souvent inférieur à 20 m contrairement au genre Eucalyptus où beaucoup d'espèces dépassent largement les 20 m (attention ce n'est surtout pas un critère de détermination). Rappelons ici qu'un arbuste comprend plusieurs troncs souvent fins avec des branches dans le tiers supérieur alors qu'un arbre ne possède qu'un tronc unique d'où partent des branches souvent robustes. En Australie, les arbustes s'appellent des "mallees" et peuvent atteindre 10 m.

 

Représentation de la clé de détermination

de la Tribu des Eucalypteae au sein des Myrtaceae

(Extrait de la Monographie du genre Corymbia cité en référence)

 

Pour la majorité des espèces de Corymbia et contrairement à Eucalyptus, l'écorce est rugueuse et craquelée sur tout le tronc et les grosses branches ou seulement sur le tronc ; rares sont les espèces qui possèdent une écorce lisse sur tout le tronc : elles appartiennent principalement au sous-genre Blakella. Le genre Corymbia comme le genre Eucalyptus développe des inflorescences cymeuses : les fleurs s'ouvrent de l'apex ou du centre vers la base à l'inverse d'une grappe ou racème. Il se distingue du genre Eucalyptus par de longues inflorescences très ramifiées souvent en position terminales et parfois axillaires. Elles portent de nombreux boutons floraux ; elles apparaissent à l'extrémité d'un rameau ou à l'aisselle des dernières feuilles et souvent le rameau cesse sa croissance avec l'apparition de l'inflorescence.

 

Peu d'espèces rustiques en France métropolitaine mais sans doute plusieurs devraient faire l'objet d'essais de plantation. Vous pouvez trouver des graines de quelques espèces en vente sur notre boutique. Pour plus de détails dont notamment la détermination et la description des séries, voir la monographie du genre citée en référence.

 

Représentation de la clé de classification du genre Corymbia

(Extrait de la Monographie du genre Corymbia cité en référence)

 

Taxons inférieurs : 86 espèces acceptées à ce rang.

 

Sous-genre Blakella (Pryor & Johnson ex Brooker) Parra-Os. & Ladiges, 2009

 

Statut du taxon : accepté
Publication : Austral. Syst. Bot. 22(5): 397. 2009 [28 Oct 2009].
 

Description

Le Sous-Genre Blakella, se distingue du sous-genre Corymbia par la présence d'inflorescences nettement composées toujours en position axillaire sur les rameaux et par une écorce lisse presque partout sauf à la base du tronc chez certaines espèces. Leurs fruits sont plus petits et dépassent rarement les 10 mm de long ; ils sont ligneux mais leur paroi est nettement moins épaisse, fine, souvent fragile. L'operculum externe tombe très tôt et donc le bouton floral porte une cicatrice nette ou se délite en laissant des lambeaux sur l'hypanthium qui paraissent des écailles. Toujours deux grands cotylédons réniformes. Les nouvelles feuilles sont toujours relativement très grandes. Peu d'espèces rustiques en France métropolitaine car toutes sont originaires des régions sèches au Nord du 26e parallèle sauf 2 espèces de la section Maculatae.

 

Clé de classification proposée par J. Urban

1. Fruits ligneux à paroi plutôt épaisse et souvent d'une taille voisine de 11-14 mm.

Ecorce lisse absolument partout et souvent maculée.

Section 1 : Maculatae (Blakely) J. Urb.


1. Fruits ligneux à paroi fine et fragile et souvent inférieur à 10-12 mm.

Ecorce souvent craquelée à la base et lisse ailleurs et rarement maculée.

Section 2 : Blakearia Hill & Johnson

 

La flèche (→) remplace "voir Corymbia" suivie du nom de l'espèce.

Corymbia aparrerinja
Corymbia arafurica
Corymbia aspera
Corymbia bella
Corymbia blakei
Corymbia candida
Corymbia citriodora
Corymbia clavigera
Corymbia confertiflora

Corymbia dallachiana
Corymbia dendromerinx
Corymbia disjuncta
Corymbia ferriticola
Corymbia flavescens
Corymbia gilbertensis
Corymbia grandifolia
Corymbia henryi
Corymbia kombolgiensis

Corymbia lamprocardia → grandifolia
Corymbia maculata
Corymbia papuana
Corymbia paractia
Corymbia pauciseta
Corymbia polysciada
Corymbia tesselaris
Corymbia torta

 

 

Sous-genre Corymbia (Hill & Johnson) J. Urb. (2012)

 

Statut du taxon : accepté
Publication : Les cahiers du naturaliste, monographie du genre Corymbia, 2012.
 

Description

Ce qui caractérise à coup sûr le Sous-Genre Corymbia, c'est la présence d'inflorescences nettement composées toujours en position terminale sur les rameaux. Chez la très grande majorité des espèces, les fruits dépassent 12 mm de long et sont ligneux à parois épaisses mais chez trois espèces les fruits sont plus petits et à parois fines et fragiles. Deux operculums qui le plus souvent tombent ensemble et deux grands cotylédons réniformes à orbiculaires. Les nouvelles pousses (tige et feuilles) sont presque toujours nettement sétacées. Deux groupes principaux composent ce sous-genre et définissent ici les deux premières sections : le groupe des espèces à écorces rougeâtres (Section Terminaliptera) et celui des espèces à écorces jaunâtres (Section Eximiae). Les deux autres sections possèdent des fruits fragiles et sont une recombinaison des divers caractères principaux du sous-genre. Peu d'espèces rustiques en France métropolitaine mais sans doute plusieurs devraient faire l'objet d'essais de plantation au moins en climat doux.

Clé de classification proposée par J. Urban

 

1. Fruits ligneux à paroi épaisse, en moyenne supérieurs à 12 mm.

Ecorce rugueuse et craquelée partout : Super-Section Lignocarpa J. Urb.

 

2. Graines carénées, en forme de bâteau, plus ou moins ailées ou frangées sans arête dorsale.

Toujours deux operculums (cicatrice absente). Ecorce brun-rouge. Feuilles juvéniles opposées

sur plusieurs paires et souvent subsessiles ou courtement pétiolées.

Section 1 : Terminaliptera Maiden.

 

2. Graines aplaties non ailées mais avec arête dorsale. Un ou deux operculums.

Ecorce brun-jaune. Feuilles juvéniles toujours alternes et pétiolées.

Section 2 : Eximiae J. Urb.


1. Fruits ligneux à paroi plus fine et plus fragile, en moyenne inférieurs à 12 mm : Super-Section Fragilicarpa J. Urb.

2. Bouton floral à un seul operculum> (cicatrice présente). Ecorce rugueuse ou fibreuse partout.

Section 3 : Torellianae (Chipp.) J. Urb.

 

2. Bouton floral à deux operculums (cicatrice absente). Ecorce rugueuse à la base du tronc, lisse sur les branches.

Section 4 : Trachyphloiae (Chipp.) J. Urb.

 

La flèche (→) remplace "voir Corymbia" suivie du nom de l'espèce.

Corymbia abbreviata
Corymbia abergiana
Corymbia arenaria
Corymbia arnhemensis
Corymbia aureola
Corymbia bleeseri
Corymbia bloxomei
Corymbia brachycarpa
Corymbia bunites
Corymbia byrnesii → greeniana
Corymbia cadophora
Corymbia calophylla
Corymbia capricornia → dichromophloia
Corymbia catenaria → watsoniana
Corymbia chartacea
Corymbia chippendalei
Corymbia chlorolampra → haematoxylon
Corymbia clandestina
Corymbia clarksoniana
Corymbia cliftoniana
Corymbia collina
Corymbia deserticola
Corymbia dichromophloia
Corymbia dunlopiana
Corymbia ellipsoidea → erythrophloia

Corymbia eremaea
Corymbia erythrophloia
Corymbia eximia
Corymbia ferruginea
Corymbia ficifolia
Corymbia foelscheana
Corymbia greeniana
Corymbia gummifera
Corymbia haematoxylon
Corymbia hamersleyana
Corymbia hendersonii
Corymbia hylandii
Corymbia intermedia
Corymbia jacobsenia
Corymbia lamprophylla
Corymbia latifolia
Corymbia leichhardtii → peltata
Corymbia leptoloma
Corymbia ligans → clarksoniana
Corymbia lenziana
Corymbia mesogeotica → deserticola
Corymbia nesophila
Corymbia novoguinensis →  clarksoniana
Corymbia oocarpa

Corymbia pachycarpa
Corymbia papillosa
Corymbia peltata
Corymbia petalophylla
Corymbia plena
Corymbia pliantha → cadophora
Corymbia pocillum → erythrophloia
Corymbia polycarpa
Corymbia porrecta
Corymbia ptychocarpa
Corymbia rhodops
Corymbia scabrida
Corymbia serendipita
Corymbia setosa
Corymbia sphaerica
Corymbia stockeri
Corymbia stypophylla → ferruginea
Corymbia terminalis
Corymbia torelliana
Corymbia trachyphloia
Corymbia umbonata
Corymbia watsoniana
Corymbia xanthope
Corymbia zygophylla