Nomenclature

Genre Eucalyptus L'Héritier (1788)

Myrtaceae

Statut du taxon : accepté

Publication : Sertum Anglicum seu Plantae Rariores quae in Hortis juxta Londinum, Imprimis in Horto Regio Kewensi Excoluntur, ab Anno 1786 ad Annuum 1787 Observatae. Paris

Liens taxinomiques : Angophora, Corymbia.

Noms vernaculaires : eucalyptus, gommier, mallee.

 

Bibliographie

Collectif, Flora of Australia Volume 19, Australian Government Publishing Service, Canberra, 1988.

D.J Boland, M.I.H.Brooker & J.W Brooker, Eucalyptus seeds, 1980.

Brooker & Kleining, Field Guide to Eucalypts, en 3 volumes, 1999 (Vol 1), 2001 (Vol 2) et 1994 (Vol 3).

Collectif, Euclid, Eucalypts of Australia, CSIRO (Compact Disc), 2006.

Urban Jacques, Les cahiers du naturaliste N°41. Monographie du genre Eucalyptus, 2012.

Description brève
 
Pour de plus amples détails voir la monographie du genre citée en référence bibliographique.

Environ entre 550 et 700 espèces décrites. Arbres ou arbustes parfois bas, à croissance le plus souvent rapide, originaires presque exclusivement d'Australie avec quelques espèces en Malaisie et en Nouvelle Guinée. Sempervirents ils sont surtout connus pour leurs feuilles aromatiques. Toutes les espèces le sont à des degrés plus ou moins importants. Souvent, le feuillage juvénile est différent de celui de la plante adulte. Toutes les espèces ont une floraison abondante au bout de 4-8 ans après le semis mais certaines espèces sont franchement exceptionnelle dans ce domaine.

Depuis 1995 le genre est désormais divisé en 2 sous-genres depuis que le sous-genre Corymbia a été élevé au rang de genre. Plusieurs classifications ont vu le jour et on trouve encore très souvent un système basé sur les écorces qui est à l'origine de divers noms vernaculaires australiens. Ce dernier distingue notamment :

- les "gums" (gommiers) à écorce lisse et caduque
- les "boxes" à écorce rugueuse et fibreuse
- les "peppermints" à écorce finement fibreuse
- les "stringybarks" à longue écorce fibreuse
- les "ironbark" à écorce dure (comme du fer), fissurée et souvent sombre.


Beaucoup d'idées reçues circulent sur les eucalyptus mais hélas beaucoup sont fausses. D'abord ils aiment des sols fertiles, bien drainés tout en étant frais en été (au moins en profondeur), certaines espèces recherchant même l'humidité. Ensuite beaucoup d'espèces supportent de fortes gelées et bien que les limites soient encore mal connues, on peut estimer que près de 100 espèces sont rustiques entre -7°C et -18°C contrairement au genre Corymbia qui compte peu d'espèce rustiques.

La majorité possède dans leur pays une adaptation au feu qui devient une adaptation au gel dans nos régions : les bourgeons cotylédonaires se transforment en un renflement ligneux au niveau du sol. Ainsi lorsque le gel est trop sévère il suffit de protéger la base du tronc pour éviter la mort de l'arbre. Certaines espèces tropicales peuvent ainsi être cultivées en enterrant la souche et produire chaque année des rameaux sur plus de 1,50 m de haut. Enfin, beaucoup se prêtent à la culture en conteneur et donne de magnifiques potées fleuries et parfumées sous la forme d'arbres "japonisés" (gros bonsaïs).

Si vous disposez d'un balcon bien ensoleillé vous pouvez avoir des eucalyptus en pot car le choix des feuillages et des floraisons est important. Les graines sont souvent très petites et un sachet en contient plusieurs dizaines qui germent facilement entre mars et août. Même dans un petit jardin et dans le nord de la France, il est possible de cultiver des eucalyptus. Pour éviter une hauteur trop importante, vous pouvez le tailler dès la troisième année afin de le conduire sur plusieurs troncs. Seul le vent peut, dans les régions où il est fréquent, être un problème pour la plante mais la taille permet d'y remédier.

Jacques Urban, 2009.

 

Où acheter des espèces du genre : Pépinière Railhet (31) ; Florama (64)

Taxons inférieurs :  entre 550 et 700 espèces selon les auteurs.
 

Clé de classification proposée par J. Urban

 

Inflorescences simples ou composées (paniculées) dans de rares cas mais toujours compactes à l'inverse du genre Corymbia. Elles sont le plus souvent axillaires et rarement terminales mais jamais au-dessus de la couronne de feuilles.

1. Un seul operculum et ovaires à 2 ou 4 rangées d'ovules (le plus souvent 2 rangées).
Sous-genre : Monocalyptus D.J. Carr & S.G.M. Carr.

 

1. Deux operculums et 4 rangées d'ovules ou plus.

Sous-genre : Symphyomyrtus (Schauer) Brooker.
 
 

Sous-genre Monocalyptus J. Urban (2012)

 

 
Statut du taxon : accepté
Publication : Les cahiers du naturaliste N°41, 2012.

 

Espèces rédigées. La flèche (→) remplace "voir Eucalyptus" suivie du nom de l'espèce.

Eucalyptus acerina → pauciflora
Eucalyptus amygdalina
Eucalyptus coccifera

Eucalyptus debeuzevillei → pauciflora
Eucalyptus hedraia → E. pauciflora

Eucalyptus niphophila → E. pauciflora
Eucalyptus pauciflora

 

Sous-genre Symphyomyrtus (Schauer) Brooker (2000)

 

 
Statut du taxon : accepté
Publication : Australian Systematic Botany. East Melbourne, 13 (1): 121, 2000.

 

Espèces rédigées. La flèche (→) remplace "voir Eucalyptus" suivie du nom de l'espèce.

Eucalyptus acaciiformis
Eucalyptus aggregata
Eucalyptus archeri
Eucalyptus aromaphloia
Eucalyptus barberi
Eucalyptus benthamii
Eucalyptus brookeriana
Eucalyptus cadens
Eucalyptus camphora
Eucalyptus cinerea
Eucalyptus cordata
Eucalyptus crenulata

Eucalyptus dalrympleana
Eucalyptus dorringoensis
Eucalyptus gunnii
Eucalyptus glaucescens
Eucalyptus ignorabilis
Eucalyptus johnstonii
Eucalyptus macarthurii
Eucalyptus mannifera
Eucalyptus neglecta
Eucalyptus nicholii
Eucalyptus nortonii
Eucalyptus nova-anglica

Eucalyptus parvula
Eucalyptus pulverulenta
Eucalyptus pumila
Eucalyptus recurva
Eucalyptus rodwayi
Eucalyptus rubida
Eucalyptus scoparia
Eucalyptus subcrenulata
Eucalyptus urnigera
Eucalyptus vernicosa
Eucalyptus yarraensis