Nomenclature

Gallicolumba rufigula Pucheran (1853)

Columbidae

Statut du taxon : accepté
Synonymie : Peristera rufigula Pucheran, 1853.
Noms vernaculaires : gallicolombe à poitrine d'or, colombe à poitrine d'or ; Engl. Cinnamon ground-dove.

Bibliographie

Goodwin Derek, Pigeons and Doves of the World, 1977.

R. Howard & A. Moore, A complete checklist of the Birds of the World, Oxford UP, 1980.

B.M. Beehler, T.K. Pratt & D.A. Zimmerman, Birds of New Guinea, Princeton University Press 1986.

Collectif, Handbook of the birds of the world, Volume 4 - Lynx Edicions 1997.

Collectif, Illustrated checklist of the birds of the world, Volume 1 - Lynx Edicions 2014.

 

Iconographie : En recherche d'illustration pour ce taxon (in search of illustration for this species)

Brian J. Coates, in Handbook of the birds of the world, Volume 4 - Lynx Edicions 1997 : 1. G. rufigula ssp. orientalis. Please read

Collectif, Handbook of the birds of the world, Volume 4 - Lynx Edicions 1997 : 3.

Urban Jacques : 2. aire naturelle de répartition.

Nos photos sont libres de droit : participez en enrichissant ce site éducatif avec les vôtres.

Our photos are free of rights: participate by enriching this educational site with your photos

(If a picture is yours please read).

 

Description détaillée

 

Caractéristiques : elle mesure 22-24 cm soit en gros la talle d'une tourterelle domestique pour un poids de 120 à 140 g. Front chamois-orangé clair, face chamois-rosé pâle avec une bande bleu-gris sur le dessus de l'œil jusqu'à la nuque. Parties supérieures du corps et côtés de la poitrine gris-brun vineux à brun-rouge à reflets violacés. Ailes brun-rouge portant 4 barres transversales bleu-gris et couvertures alaires brun-rouge avec une barre bleu-gris moins large. Gorge, poitrine et ventre blancs avec une tache jaune doré au centre de la poitrine. Rectrices centrales châtain-pourpre, les externes étant grisâtres avec une large bande centrale châtain et noire. Sous-caudales gris-rosé. Iris pourpré, bec pourpre foncé, pattes rouge-pourpre. Femelle légèrement plus pâle sur le front et sur la poitrine avec une tache moins étendue. Les juvéniles ont le centre de la poitrine plutôt brun-roux et les couvertures alaires sont bordées d'un roux pâle. La sous-espèce G. r. alaris a la face plus brun-rose plutôt que grise et G. r. helviventris est plus foncé sur la tête avec les bandes alaires plus pourprées ce qui les rend moins contrastées que chez le type. Les autres sous-espèces n'ont que des différences vraiment minimes et qui ne devraient pas être considérées au rang de la sous-espèce.

 

Mœurs : elle fréquente les forêts humides de mousson depuis le niveau de la mer jusque vers 1000 m d'altitude, occasionnelle jusque 1700 m. Il semblerait qu'en dehors de la période de reproduction elle ait un comportement partiellement erratique en fonction de la maturité des graines de diverses espèces de bambou dont elles se nourrissent. Elle est essentiellement terrestre sauf lors de la reproduction, se perchant dans la végétation basse pour se reposer. Elle arpente rapidement le sol de la forêt à grandes enjambées, secouant rapidement la tête d'avant en arrière tout en recherchant sa nourriture. Celle-ci se compose de toutes sortes de graines, de fruits tombés au sol et d'invertébrés, principalement de petits insectes. Dérangée elle s'envole sur une courte distance entre la végétation puis piète à la façon des perdrix ou des cailles..

 

En général la saison de reproduction s'étale de la saison des pluies à une partie de la saison sèche en fonction de la région donc entre août et février. Le nid est une plateforme de brindilles et de feuilles située entre 1 et 3 m de haut, dans une touffe de palmier, de fougère ou dans l'entrelacs d'un buisson. La ponte est d'un œuf unique, blanc teinté de crème. Poussin à duvet épars cannelle pâle. En théorie il est capable de quitter le nid vers 9-10 jours mais y reste au moins 16-20 jours s'il n'est pas dérangé ; les parents restent assez proches du nid à tour de rôle pour détourner l'attention des prédateurs éventuels.

 

Statut : L'accroissement des activités humaines, notamment dans l'exploitation des forêts en période de nidification, est à l'origine d'un déclin de l'espèce dans certaines partie de son aire, surtout à basse altitude. De ce fait elle est très irrégulièrement répartie et devient rare dans ces régions. On n'a aucune idée du statut des populations de chaque sous-espèce qui sont pourtant une richesse en faveur de sa variabilité génétique garante de la survie de l'espèce. En revanche elle est souvent présente en captivité dans les zoos ou de rares collections, essentiellement sous la forme type; mais son élevage en Europe devrait être davantage encouragé afin de préserver un pool génétique digne d'en assurer la conservation.

 

Origine géographique : elle occupe toute la Papouasie-Nouvelle Guinée à l'exception des zones de montagnes au-dessus de 1500-1700 m d'altitude et y est très irrégulièrement répartie à cause des activités humaines. Pour plus de détails voir la répartition géographiques des sous-espèces ci-dessous.

 

Statut dans la nature : en danger ; vulnérable ; pas globalement menacée ; fréquente ; abondante

Elevage en Europe : aucun ; occasionnel ; peu commun ; commun ; abondant

Taxons inférieurs :

 

Sous espèces :

alaris Rand, 1941 : Sud Nouvelle Guinée et vers l'Est jusqu'à Karimui (Province de Chimbu).

helviventris Rosenberg, 1867 : Sud Nouvelle Guinée depuis Waitakwa River jusqu'à Fly River puis sur les iles Aru.

orientalis Rand, 1941 : Sud-est Nouvelle Guinée à l'Ouest des rivières Angabunga et Mambare.

rufigula Pucheran, 1853 : Papouasie.

septentrionalis Rand, 1941 : Nord Nouvelle Guinée à l'Est du Golfe Huon.