Nomenclature

Fraxinus paxiana Linglesh. (1907)

Oleaceae

Statut du taxon : accepté

Publication : Bot. Jahrb. Syst. 40: 213 1907

Synonymie : Fraxinus densiflora Lingelsh. 1907.

Noms vernaculaires : frêne élégant ; Engl.

 

Bibliographie

K. Kubitzki (edited by), Flowering Plants. Dicotyledons. Volume II, Collectif, 1993

E. Wallander Systematics of Fraxinus and evolution of dioecy, Pl. Syst. Evol. 273, 2008.

D. J. Mabberley, The Plant-Book, (1ère édition 1981, 2e édition 1997, 3e édition 2009 et 4e édition 2017).

Urban Jacques , Les cahiers du naturaliste N°45 (Fiebrigiella-Fusispermum), Fascicule 1 Les frênes du monde, 2013.

 

Iconographie : en recherche d'illustration pour ce taxon

Description détaillée

 

Petit arbre de 8-10 m mais atteignant 20 m dans son milieu naturel avec un port plutôt étalé. Feuilles caduques. Branches robustes et rameaux glabres ou légèrement tomenteux, les plus jeunes étant fréquemment à 4 angles. Bourgeons ovoïdes brun-roux à brun foncé lorsqu'ils sont secs, squameux à tomenteux. Les feuilles sont décussées, de 25-35 cm de long avec un pétiole de 5-10 cm et un rachis sillonné parfois poilu. Elles sont composées de 5-9 folioles ovales à oblongues de 5-18 x 2-6 cm, la foliole terminale étant plus grande. Pétiolule de 0-2 mm. Base atténuée ou arrondie. Apex acuminé et bords crénelés. Face inférieure pubescente le long des nervures sur la face inférieure Nervures secondaires variant entre 10 et 16 de chaque côté de la nervure principale. Les inflorescences sont des panicules terminales plutôt lâches de 8-20 cm portant des fleurs blanches parfumées dont les pétales linéaires-spatulés mesurent 3-4 mm de long. Elles apparaissent après le débourrement des feuilles et sont généralement androdioïques ou fréquemment polygamodioïques (1). Bractées absentes. Ce sont les inflorescences les plus grandes du genre. Les étamines des fleurs staminées sont souvent de même longueur que la corolle alors que celles des fleurs hermaphrodites sont plus longues. Calice cupulaire à dents courtes deltoïdes et soudées sur presque toute leur longueur. Samare linéaire-spatulée de 25-30 x 3-4 mm et dont l'aile se prolonge (est décurrente) seulement jusque sur le sommet de la graine. Floraison en mai-juillet et fructification en septembre-octobre. Aucune culture en Europe.

 

Une grande confusion règne autour de la nomenclature du groupe de taxons proches de paxiana que sont depauperata, suaveolens et sikkimensis ; essayons alors d'y voir plus clair. Tout d'abord et sans aucun doute, sikkimensis et suaveolens sont synonymes mais certaines nomenclatures sur Internet véhiculent une erreur puisque le premier nom attribué étant sikkimensis (1907) en tant que variété de paxiana, il est le seul valide, suaveolens n'apparaissant qu'en 1920, ce  que confirme la  Flore de Chine.  Divers  auteurs choisissent de considérer depauperata et sikkimensis purement et simple­ment comme des synonymes de paxiana  or  des différences significatives qui forment les deux combinaisons respectives de chaque taxon plaident pour le maintien d'un statut variétal, presque de sous-espèce pour sikkimensis à cause de son endémisme allopatrique (son aire ne recoupe pas celle de paxiana). Cette étude adopte alors la nomenclature établie par Lingelsheim en 1907 car elle permet de conserver la trace de taxons sensiblement différents. Certains sites internet ont fait le choix d'élever chaque taxon au rang d'espèce telle que nous les mentionnons dans la synonymie des variétés, mais ce statut nous semble innaproprié.

 

Origine géographique : l'espèce type est présente en Chine Centrale (Shaanxi, Hubei, Hunan). Elle pousse dans les endroits vallonnés et les montagnes jusque vers 1100 m en Chine dans les forêts, sur les pentes qui bordent les cours d'eau, toujours sur des sols dont le drainage est satisfaisant.

 Jacques Urban, 2015.

 

Statut dans la nature : en danger ; vulnérable ; pas globalement menacée ; fréquente ; abondante

Culture en Europe : aucune ; occasionnelle ; peu commune ; commune ; abondante - Zone de rusticité : 5

 

Lexique

1le même individu porte soit des fleurs mâles et des fleurs hermaphrodites soit des fleurs femelles et des fleurs hermaphrodites.

Taxons inférieurs : 2 variétés acceptées à ce rang.

 

Fraxinus paxiana var. depauperata Linglesh. 1920

 

Statut du taxon : accepté
Publication : Pflanzenr. IV, 243(1): 22 1920.

Synonymie : Fraxinus depauperata (Lingelsh.) Z.Wei 1992.

 

C'est un petit arbre de 4-6 m qui se distingue du type par les caractéristiques décrites ci-après. Les jeunes rameaux ne sont pas quandrangulaires comme chez les deux autres taxons. Le rachis des feuilles est recouvert d'un tomentum brun. Face inférieure à pilosité éparse le long du pétiolule et de la nervure principale. En général 3-5 folioles au maximum, très rarement 7, ne dépassant pas 12 cm de long. Les fleurs sont plutôt monoïques (fleurs mâles et fleurs femelles distinctes sur le même individu). Calice campanulé d'environ 1,5 mm de long mais dont les dents triangulaires sont nettes puisqu'elles sont plus longues que le tube. Enfin samare dont l'aile est décurrente jusqu'à la moitié de la graine. Aucune culture en Europe.

 

Origine géographique : ce taxon vit dans les mêmes province chinoise que le type (Shaanxi, Hubei, Hunan) entre 400 et 1100 m d'altitude dans les forêts mixtes sur les pentes des régions accidentées.

 

Fraxinus paxiana var. sikkimensis Linglesh. 1907

 

Statut du taxon : accepté
Publication : Bot. Jahrb. Syst. 40: 214 1907

Synonymie : Fraxinus sikkimensis (Lingelsh.) Hand. Mazz. 1936.  Fraxinus suaveolens W.W. Sm. 1920.

 

C'est un arbre de 10-17 m qui se distingue du type par les caractéristiques décrites ci-après. Le rachis des feuilles est densément recouvert d'un tomentum brun-roux souvent abondant sur le pétiolule. Les folioles sont plus coriaces. Face inférieure densément feutrée. En général folioles ne dépassant pas 12 cm de long mais en quantité identique au type. Les fleurs sont plutôt monoïques (fleurs mâles et fleurs femelles distinctes sur le même individu). Calice cupulaire semblable au type. La corolle des fleurs femelles est rapidement caduque. Enfin samare un peu plus grande et dont l'aile est décurrente jusqu'à la moitié de la graine. Aucune culture en Europe.

 

Origine géographique : ce taxon est présent dans l'Est de l'Himalaya, depuis le Sikkim, le Nord-est de l'Inde, l'Assam, le Nord du Myanmar (Birmanie) jusqu'en Chine méridionale (Sichuan, Xizang, Yunnan). Dans l'Himalaya on la trouve jusque vers 2800 m d'altitude sur les flancs des collines le long des cours d'eau.