Nomenclature

Pinus montezumae Lamb. (1838)

Pinaceae

Statut du taxon : accepté
Publication : Descr. Pinus ed. 3, 1: 39 1832.
SynonymiePinus antoineana Roezl (1857) ; Pinus aztecaensis Roezl (1857) ; Pinus backhousiana Roezl ex Gordon (1862) ; Pinus boothiana Roezl (1857) ; Pinus boucheiana Roezl (1857) ; Pinus bullata Roezl (1857) ; Pinus carrierei Roezl (1857) ; Pinus chalmaensis Roezl ex Gordon (1862) ; Pinus coarctata Roezl (1857) ; Pinus cornea Roezl ex Gordon (1862) ; Pinus decaisneana Roezl (1857) ; Pinus depauperata Roezl ex Gordon (1862) ; Pinus doelleriana Roezl (1857) ; Pinus elegans Roezl (1857) ; Pinus endlicheriana var. richardiana (Roezl) Carrière (1867) ; Pinus exserta Roezl (1857) ; Pinus grandis Roezl (1857) ; Pinus haageana Roezl (1857) ; Pinus hendersonii Roezl (1857) ; Pinus horizontalis Roezl (1857) ; Pinus inflexa Roezl (1857) ; Pinus jostii Roezl (1857) ; Pinus keteleeri Roezl (1857) ; Pinus leroyi Roezl ex Gordon (1862) ; Pinus monstrosa Roezl (1857) ; Pinus ne-plus-ultra Roezl ex Gordon (1862) ; Pinus nesselrodiana Roezl (1857) ; Pinus nitida Roezl (1857) ; Pinus occidentalis Kunth (1817) Illeg. Pinus ocote Roezl ex Gordon (1862) ; Pinus ortgiesiana Roezl (1857) ; Pinus paxtonii Roezl (1857) ; Pinus pescatarei Roezl (1857) ; Pinus pescatorei Roezl ex Carrière (1867) ; Pinus planchonii Roezl (1857) ; Pinus protuberans var. exserta (Roezl) Carrière (1867) ; Pinus pseudostrobus Gordon (1858) Illeg. ; Pinus retracta Roezl ex Gordon (1862) ; Pinus richardiana Roezl (1857) ; Pinus rinzii Roezl(1857) ; Pinus robusta var. inflexa (Roezl) Carrière (1867) ; Pinus rohanii Roezl (1857) ; Pinus rubescens Roezl (1857) ; Pinus rumeliana Roezl (1857) ; Pinus russelliana Lindl. (1839) ; Pinus san-rafaeliana Roezl (1857) ; Pinus soulangeana Roezl (1857) ; Pinus spinosa Roezl (1857) ; Pinus tenangaensis Roezl (1857) ; Pinus thelemannii Roezl (1857) ; Pinus thibaudiana Roezl 1857) ; Pinus tomacocaensis Roezl ex Gordon (1857) ; Pinus troubezkoiana Roezl (1857) ; Pinus valida Roezl (1857) ; Pinus van-geertii Roezl (1857) ; Pinus van-houttei Roezl (1857) ; Pinus zacatlanae Roezl (1857) ; Pinus zitacuarii Roezl (1857).
Noms vernaculaires : Pin de Montezuma.

 

Bibliographie

Gerd Krüssmann, Manual of cultivated conifers, 1985.

Collectif, The families and genera of vascular plants, Tome I, (Collectif) Edited by E. Kubitzki, 1990.

Collectif, World checklist and bibliography of Conifers - Aljos Farjon 1ère édition (1998).

Christopher J. Earle, The Gymnosperm Database http://www.conifers.org.

 

Iconographie : en cours. En recherche d'illustration pour ce taxon (in search of illustration for this species)

Description détaillée

 

Arbre de taille moyenne à grande entre 20 et 35 (40) m en moyenne avec un diamètre de tronc de 50-80 (100) cm ; tronc unique droit à port arrondi chez les vieux sujets, pyramidal et dense chez les jeunes arbres. Les branches sont longues et principalement horizontales. Écorce épaisse gris-brun profondément sillonnée. Elle s'exfolie en plaques écailleuses irrégulières. Che les jeunes sujets l'écorce est rugueuse et écailleuse, brun-rouge. Les rameaux sont vigoureux brun-rouge, écailleux et rugueux. Bourgeons brun-clair à châtains, oblongs à ovoïdes-cylindriques, pointus à l'apex. Aiguilles groupées par (4) 5 (8) assez variables pouvant être dressées et épaisses ou plus fines et pendantes en se courbant ; elles sont bleu-vert, mesurent 15-25 (30) cm de long et ont les bords finement dentés ; elles portent des rangées de stomates sur les deux faces avec deux faisceaux vasculaires et 2-6 canaux résinifères médians. Elles tombent au bout de 3 ans. Gaine persistante de (10) 15-30 mm de long, châtain clair.

 

Les cônes mâles sont ovoïdes-coniques à écailles épaisses groupés par 2-3 sur des pédoncules dressés et écailleux. Les cônes femelles sont très variables, ovoïdes-cylindriques à ovales et même coniques, souvent légèrement courbés et asymétriques, pendants et attachés aux rameaux par un vigoureux pédoncule de 10 mm de long. Ils sont groupés par 2-3 ou solitaires et mesurent en moyenne  (9) 12-15 cm de long sur 7-10 cm de diamètre ; ils sont brun-verdâtre virant au brun à maturité. Ils sont rapidement caduques après la dispersion des graines et seules quelques écailles basales subsistent au pédoncule plusieurs mois. Ecailles avec une apophyse subpyramidale, carénée transversalement. Umbon aplati ou légèrement en creux, émoussé avec un petit crochet rapidement caduque. Graines brun foncé ovoïdes, de 6-7 mm de long avec une aile de 15-20 mm de long sur 6-8 mm au plus large. En général les cotylédons sont au nombre de 6-8. Environ 28-33 graines au gramme. Les jeunes plants ont un développement dit en touffe de graminées avec un tronc rapidement vigoureux (2 cm de diamètre la deuxième année). Bois blanc jaunâtre avec le coeur chamois ; il est dur, lourd et résineux ; il est utilisé pour la construction.

 

Origine géographique : espèce originaire du Mexique (Nuevo León, Coahuila, Tamaulipas, Hidalgo, Tlaxcala, Puebla, Veracruz, Mexico, Morelos, District Fédéral, Michoacán, Jalisco, Guerrero, Oaxaca et Chiapas) mais aussi du Sud du Guatémala, en général dans les zones montagneuses entre 1800 et 3600 m d'altitude. On la trouve dans des climats qui vont de la zone tempérée chaude aux zones d'altitude plus froides avec une pluviométrie annuelle de 800-1200 mm. Dans cet environnement, il pousse presque toujours sur des sols très bien drainés. En montagne, la neige est souvent présente et les gelées fréquentes ; en revanche la pluie tombe essentiellement en été entre juin et septembre. On le trouve aussi dans des zones plus arides et dans ce cas sa croissance est beaucoup plus lente si ien qu'on le trouve souvent à l'état de petit arbre, compact, densément ramifié. Il est souvent en présence d'autres espèces du même groupe taxinomique (pseudostrobus, hartwegii ou devoniana) ce qui rend les hybrides naturels probablement plus fréquents qu'on ne le pense et complique alors d'autant les déterminations. Seul P. pseudostrobus n'a pas un développement des plantules en touffe de graminées et les deux autres espèces ont souvent été incluses dans P. montezumae.

 

Culture

Espèce particulièrement rare en culture, qui pousse dans sur tout type de sols drainés. Ce pin étant peu rustique il faudra éviter l'excès d'eau sur les jeunes plants et le protéger des fortes gelées durant les premiers hivers. Il est probable que certains sujets pourront supporter des gelées de -8 à -10°C sur de courtes périodes et en condition de faible humidité ambiante. Croissance assez rapide. Culture en conteneur ailleurs. Arrosages faibles en hiver.

 Jacques Urban, 2018.

 

Statut dans la nature : en danger ; vulnérable ; pas globalement menacée ; fréquente ; abondante
Culture en Europe : aucune ; occasionnelle ; peu commune ; commune ; abondante - Zone de rusticité : 9

Taxons inférieurs : 1 variété acceptée sous réserve.

 

Pinus montezumae var. gordoniana (Hartw. ex Gordon) Silba (1990)

 

Synonymie : Pinus gordoniana Hartw. ex Gordon, (1847) ; Pinus montezumae subsp. gordoniana (Hartw. ex Gordon) Silba, (2009).

 

 Ce taxon n'est pas accepté par tous les spécialistes, certains pensant qu'il est plus proche de Pinus maximinoi ou de Pinus douglasiana alors que d'autres souhaitent le laisser à son rang d'espèce. En l'absence d'une description précise qui permettrait au moins de se faire une idée sur la question et compte tenu que la plupart des espèces de ce groupe sont déjà très proches les unes des autres, nous le maintenons en tant que variété de montezumae.