Nomenclature

Genre Corylus  Linnaeus (1753)

Betulaceae

Statut du taxon : accepté

Publication : Sp. Pl. 998 (1753).

Classification : Sous-famille des Coryloideae.

Liens taxinomiques : Ostryopsis

Synonymie  : Avellana Dochnahl, 1860

Noms vernaculaires : noisetier ; Engl. hazel

 

Bibliographie

Krüssmann Gerd, Cultivated broad-leaved trees & shrubs, Vol. 1, 1984.

Collectif , Flowering Plants. Dicotyledons. Volume II, 1993, Edited by K. Kubitzki

D. J. Mabberley, The Plant-Book (1ère edition 1990, 2e edition 1997, 3e edition 2009 et 4e edition 2017).

Collectif, Flora of China volume 4 Cycadaceae through Fagaceae, 1999.

Collectif, Flora of North America volume 3 Magnoliophyta: Magnoliidae and Hamamelidae, 1997.

 

Iconographie

Urban Jacques

Description détaillée

 

Introduction

 

Le genre Corylus qui comprends aujourd'hui 16 espèces est assez différent des autres genres de la famille notamment par son infrutescence remarquable. C'est une une noix nettement bien développée entourée d'un involucre de bractées lâches qui s'apparentent aux feuilles dans leur apparence. Chacune est le résultat d'une inflorescence femelle qui se met en place dès la fin de l'été et passe l'hiver juste protégée par les écailles d'un bourgeon spécialisé. Ce genre est originaire des régions tempérées et froides de tout l'Hémisphère Nord, atteignant au Sud, la Méditerranée, La Turquie, le Caucase, L'Himalaya, l'Assam, La Birmanie et le Sud des Etats-Unis.

 

Caractères végétatifs

 

Arbrisseaux parfois buissonnants, arbustes ou arbres variant de 3 à 15 m à troncs multiples ou unique dans le cas d'un arbre à fine écorce gris-brun, nettement solidaire des tissus internes ; elle se desquame sous la forme d'écailles ou en petits rubans verticaux. Pas de lenticelles prohéminentes. Le bois est blanc à beige, relativement dur et lourd avec une texture fine. Toutes les ramifications sont à 2 rangées opposées de part et d'autre du rameau de bourgeons alternes mais pas toujours bien net comme chez Carpinus ou Ostrya. Bourgeons hivernaux sessiles, ovoïdes avec l'apex pointu et plusieurs écailles lisses bien imbriquées. Feuilles pétiolées, caduques, alternes et disposées en 2 rangées parallèles, essentiellement sur les rameaux fins. Le limbe est elliptique à ovale large, parfois jusqu'à suborbiculaire avec au moins 8 paires de nervures secondaires. Les feuilles sont fines avec les bords doublement dentés, une base cordée et un apex parfois lobé. Face inférieure le plus fréquemment pubescente et parfois glandulaire.

 

Caractères floraux

 

Les inflorescences mâles apparaissent sur les bourgeons latéraux des ramilles juste avant l'hiver ; ce sont des châtons cylindriques, subsessiles, groupés en petites grappes qui éclosent bien avant les feuilles, autour de la fin janvier et en février. Chaque bractée abrite 3 fleurs qui portent 4 étamines divisées depuis la base pour former 8 demi-étamines. Filet très court, soudé à la bractée par 2 bractéoles. Les inflorescences femelles apparaissent en aval (distal) des mâles sous la forme d'un groupe de fleurs et de bractées réunies dans un petit bourgeon globulaire duquel sortent de minuscules styles rouges ; le bourgeons s'ouvre peu à peu en même temps que les fleurs mâles éclosent. Il y a 2 fleurs par bractées et les styles sont divisés en 2. Ovaire à 2 loges avec un ovule par loge (très rarement 2). Les infrutescences sont des groupes compact de plusieurs fruits dont chacun est entouré par un involucre de bractées (2 par fruit) poilues à pafois légèrement épineuses, très développées, foliacées et parfois soudées comme un tube. Le fruit est une noix à parois peu épaisses, globulaire à ovoïde mais parfois compressée latéralement et sensiblement côtelée longitudinalement. A maturité les fruits tombent avec ou sans l'involucre ; au fur et à mesure de la maturation, l'ensemble passe du vert clair au chamois ou marron brunâtre. Lors de la germination les cotylédons restent enfermés dans la noix qui en français s'appelle la noisette (étymologiquement : une petite noix).

 

Culture

 

A l'exception de C. avellana et de ses cultivars (le noisetier commun), de C. maxima (considéré comme une variété de C. avellana par plusieurs) et de C. sieboldiana (en Chine) tous cultivés abondamment pour leurs fruits comestibles, les autres espèces sont peu utilisées ou marginalement dans les collections botaniques dont la plus répandue à ce titre est C. colurna, le noisetier de Byzance, la seule arborescente du genre. Multiplication par semis des espèces botaniques et par greffes des cultivars.

Jacques Urban 2018.

Taxons inférieurs : 16 espèces acceptées à ce rang.

 

Corylus americana
Corylus avellana
Corylus chinensis
Corylus colchica
Corylus colurna
Corylus cornuta
Corylus fargesii
Corylus ferox
Corylus heterophylla
Corylus jacquemontii
Corylus maxima
Corylus potaninii
Corylus sieboldiana
Corylus wangii
Corylus wulingensis
Corylus yunnanensis