Nomenclature

Genre Picea  A. Dietr. 1824

Pinaceae

Statut du taxon : accepté
Publication : Nat. Syst. Bot. ed. 2: 313 (1836).
Liens taxinomiques : Abies, Pinus, Pseudotsuga
Noms vernaculairesépicea ; Engl. spruce.
 
Bibliographie
Collectif, The families and genera of vascular plants. Volume I, 1990, Edited by K. Kubitzki
Aljos Farjon, World checklist and bibliography of Conifers - 1ère édition (1998).
Collectif, Mabberley's Plant-Book, 3rd edition 2009, Cambridge UP.

 

Iconographie
Collectif, Flowering Plants. Dicotyledons. Volume I, 1990, Edited by K. Kubitzki.
Picea orientalis : A branche feuillée ; B branche montrant les cicatrices des aiguilles et les mammelons.
Picea abies : C cône mâle ; D microsporophylle vue de dessous ; E microsporophylle vue latérale ; F bractée et écaille ; G écaille avec les 2 ovules.
Picea breweriana : H cône femelle ; I bractée et écaille ; J écaille avec les 2 graines.
(C, D d'après Fitschen 1930 ; E, F, G d'après Wettstein 1935 ; les autres d'après Götz.)

 

Description brève

 

Le genre Picea est composé d'environ 32 espèces (variable selon les auteurs) réparties dans toutes les régions boréales avec quelques espèces proches de la Méditerranée, dans l'Himalaya jusqu'au Nord de la Birmanie ou dans le Nord du Mexique. Ce sont de grands arbres à port habituellement conique, à écorce écailleuse parfois sillonnée chez les vieux sujets et à feuillage persistant. Les branches sont souvent courtes et arrangées en verticilles. Les feuilles sont des aiguilles aplaties mais fréquemment à 4 angles avec 2 bandes de canaux résinifères. Elles sont arrangées en spirale mais toujours pectinées sur 2 rangées principales. Les bandes stomatales peuvent se trouver sur n'importe quelle face bien qu'elles soient présentes principalement sur la face inférieure. Elles persistent sur l'arbre plusieurs années et lorsqu'elles tombent, elles laissent un très court bout de pétiole brunâtre et une petite cicatrice à l'extrémité d'une sorte de mammelon. Chaque feuille est portée par un mammelon qui s'imbrique en quinconce sur les jeunes rameaux avec les mammelons voisins ce qui est très caractéristique du genre et différent des rameaux de sapin (Abies) dont la cicatrice est évaginée et non saillante.

Les cônes mâles apparaissent à l'aisselle des aiguilles à l'extrémité des rameaux de l'année précédente. Ils sont composés de très nombreuses étamines arrangées en spirale ; les grains de pollen possèdent 2 ailes. Les cônes femelles sont solitaires et apparaissent sur les rameaux de l'année. A leur base, ils sont entourés par quelques écailles. A maturité et chez la majorité des espèces, ils sont pendants contrairement à ceux des sapins (Abies). Ils murissent dans l'année et sont oblongs à cylindriques, d'abord verts ou pourprés puis marron à bruns. Les écailles sont nombreuses et s'ouvrent pour laisser échapper les 2 graines que chacune abrite. Les bractées sont petites et étroites et persistent avec les écailles. Les graines sont petites, ovales et ailées mais l'aile se détache très facilement. A la germination, les plantules possèdent en général une dizaine de cotylédons (4-15).

Classification
Toutes les espèces ont souvent une forte variabilité aussi plusieurs (notamment les asiatiques) sont très difficiles à identifier. Chez l'épicéa commun (Picea abies) on a décrit plus d'une centaine de cultivars. On peut diviser le genre en 3 sous-genres selon les critères ci-après.

Clé des genres
1. Aiguilles quadrangulaires.
2. Bandes stomatales sur toutes les faces. Ecailles serrées entre elles avant de s'ouvrir ; apex entier arrondi.
Sous-genre Picea

 

2. Peu ou pas de bandes stomatales sur les faces inférieures. Ecailles déjà lâches entre elles avant de s'ouvrir ; apex ondulé et rhomboïque.
Sous-genre Casicta

 

1. Aiguilles aplaties comme chez Abies avec des bandes stomatales uniquement sur la face supérieure. Cônes tous pendants et situés dans les parties supérieures de l'arbre.
Sous-genre Omorika

 

Intérêts économiques
Comme chez Abies, beaucoup d'espèces sont de remarquables essences forestières destinées à l'utilisation du bois dans la construction de charpentes, de parquet, de lambris ou de meubles. En revanche, peu d'espèces sont utilisées comme arbre d'ornement et seules les collections publiques ou privées présentent de rares taxons. L'épicea commun est "le sapin de Noël" le plus cultivé avec une production annuelle non négligeable et Picea pungens 'glauca' est largement vendu sous le nom un peu abusif de "sapin bleu". D'un point de vue écologique l'immense forêt boréale est essentiellement composée d'épicéas et jouent un très important rôle de poumon de la planète, sans doute plus que la très célèbre forêt amazonnienne.
Jacques Urban, 2010.

 

Où acheter des espèces du genre : Florama (64)

Taxons inférieurs : 32 espèces acceptées à ce rang en 2010.
Picea abies
Picea acicularis voir Picea alcoquiana
Picea acuminata voir Picea abies
Picea albertiana voir Picea glauca
Picea alcoquiana
Picea asperata
Picea aurantiaca
Picea brachytyla
Picea breweriana
Picea chihuahuana
Picea complanata voir Picea brachytyla
Picea crassifolia
Picea engelmannii
Picea glauca
Picea glehnii
Picea jezoensis
Picea heterolepis voir Picea asperata
Picea hirtella voir Picea likiangensis
Picea hondoensis voir Picea jezoensis
Picea koraiensis
Picea likiangensis
Picea linzhiensis voir Picea likiangensis
Picea mariana
Picea maximowiczii
Picea mexicana voir Picea engelmannii
Picea meyeri
Picea montigena voir Picea likiangensis
Picea morrisonicola
Picea neoveitchii
Picea obovata
Picea omorica
Picea orientalis
Picea ponderosa voir Picea asperata
Picea pungens
Picea pungsanensis voir Picea koraiensis
Picea purpurea
Picea reflexa voir Picea alcoquiana
Picea retroflexa
Picea rhombisquamea voir Picea brachytyla
Picea rubens
Picea rubescens voir Picea likiangensis
Picea schrenkiana
Picea senanensis voir Picea maximowiczii
Picea sitchensis
Picea smithiana
Picea spinulosa
Picea tianschanica voir Picea schrenkiana
Picea torano
Picea wilsonii